Introduction

J'ai découvert Renaud par étapes.

Je me rappelle parfaitement d'un bout de discussion que j'avais eue avec une cousine pâarisienne, vers mes 10-11 ans, sur la plaine de jeu d'un HLM du côté de Saint-Amand, dans le nord. Je me rappelle surtout d'une phrase qui m'a marquée "Tu connais Renaud ? Non ? Il est génial ! Et en plus, tout ce qu'il dit est souvent vrai...". C'était la première fois que j'entendais parler du chanteur et ma curiosité venait de se faire titiller. Mais, pour une raison que je n'ai pas comprise à l'époque, mes parents ont préféré continuer à me payer des "top-50 des meilleurs génériques de dessins animés". Petit à petit, j'ai alors oublié...

Et puis un jour, deux ou trois ans plus tard - je devais avoir 14 ans - un professeur de français nous a demandé, par groupes de deux, de choisir une chanson "à texte" et de la faire découvrir et analyser par le reste de la classe. Ainsi, à chaque cours, trois ou quatre binômes passaient et nous voguions sur toute la gamme des chanteurs "à textes", de Joe Dassin à Gilbert Bécaud en passant par Pierre Bachelet ! Pour l'anecdote, mon binôme et moi-même avions choisi "Le Gitan", de Daniel Guichard, ce fameux chanteur à textes à la voix modulée (mais bon, je n'avais que 14 ans à l'époque). Soudain, je réagis un peu plus que d'habitude car le groupe suivant va présenter "Morts les enfants", d'un certain Renaud... "Enfin l'occasion de le découvrir" me dis-je. Et là, le choc ! Ce mélange de gravité et d'humour, de poésie et réalisme, cette voix à contresens des chanteurs habituels... Je suis touché. L'âge aidant, j'avais enfin quartier libre pour mes choix musicaux et je suis donc immédiatement parti m'acheter la cassette de l'album "Mistral Gagnant" après l'école. Sans exagérer, je pense qu'elle a monopolisé mes temps libres pendant plusieurs jours.

Je suis alors parti à la découverte de ma "terra incognita" du chanteur. Deuxième album acheté: "Morgane de toi", fabuleux également ! Puis ce fût la sortie de "Putain de camion" qui m'a laissé et me laisse encore aujourd'hui un peu sur ma faim.

Mais pour une raison que j'ignore, les plus anciens albums me faisaient peur à l'époque. C'est alors qu'un jour, j'ai reçu la cassette vidéo du concert "Le retour de la Chetron Sauvage - Zénith mars 1986", en noir et blanc car cassette française jouée sur magnétoscope belge (je maudis encore aujourd'hui cette guerre des standards). Quelle cassette ! Je voyais enfin mon idôle bouger, je découvrais la plupart des musiciens 'renaudiens' (dont Gérard Prévost qui m'a donné le goût de la guitare basse) et j'entendais des chansons familières ainsi que d'autres, superbes mais inconnues au bataillon (c'est quoi cette histoire de rue "Pierre Chardon" ???). J'ai alors pris la décision de remonter le temps petit à petit, quand mes économies me le permettaient et que je m'étais habitué aux nouvelles sonorités.

Et voilà, Renaud a marqué ma vie et j'ai décidé de lui réserver un bout de ma page web pour une pseudo-analyse de ses chansons. Je n'analyserai pas, ou rarement, le texte. Je parlerai plutôt comme un critique musical qui présente les albums de son idôle.

Ne vous attendez donc pas à savoir qui est le 'Michel' de "La Blanche", qui est la "Petite Conne", ce n'est pas mon but. J'espère juste donner l'envie à ceux qui ne le connaissent pas d'aller s'acheter l'un ou l'autre album de ce fabuleux artiste qu'est Renaud. J'ai pris le parti d'être le plus objectif possible, mais peut-on l'être complètement en ce genre de circonstances ?

Bienvenus donc dans la discographie de Renaud.

D. Isenguerre